Coquillards de Villon Index du Forum

Coquillards de Villon
Forum de discussion des Coquillards de Villon et des passionnés de reconstitution médiévale

 FAQFAQ PortailSite internet   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Procés des Coquillards - Dijon 1455

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Coquillards de Villon Index du Forum -> Sources et documentations -> Sources diverses
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Cassetrogne
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2013
Messages: 1 078
Localisation: Villebon (91)
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 025
Moyenne de points: 0,95

MessagePosté le: Dim 29 Juin - 17:33 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

PROCES DES COQUILLARDS – DIJON 1455


D’après les Archives Départementales de la Cote-d’Or. Fonds de la justice municipale de Dijon. Procès criminels, série B, 360, VI :
1° procès des Coquillars ;
2° interrogatoire de Philippot de Marigny dit Mugneret.

Début de l‘instruction 3 octobre 1455 – Jehan Rabutel, Procureur : « Le cas est tel : Depuis deux ans ença ont reparie et repairent en ceste ville de Dijon pluseurs compaignons oizeux et vaccabundes … »

Arrestation le 1er octobre 1455 de Regnault Dubourg.
Arrestation nocturne le 3 octobre 1455, de 12 membres à la maison commune où ils s’étaient cachés dans des arches (coffres) qui garnissaient les chambres.
Arrestation de Philippot de Marigny et de Bar-sur-Aulbe (Dimenche le Loup) à l’hotel du Veau.
Exécution des 12 condamnés le 18 décelmbre 1455.


Perrenet le Fournier, barbier. Fourgue et fournisseur de dés pipés. Epiait le jargon et était un indic. A fourni les indications de jargon.
Dimenche le Loup dit Bar sur Aulbe (pendu)
Godeau qui n’a qu’une oreille
Christofle Turgiz – Parent de Robin Turgis, patron de la Pomme de Pin (banni puis bouly comme faulx monnoyer)
Le grand Mugnerac (Philibert de Marigny, dit Mugneret)
Denisot le clerc, orfèvre et émailleur (bouly)
Geffyame
Jacquot de la Mer, sergent de mairie. Tenancier de la maison commune de fillettes, lieu de réunion de la bande (pendu)
Regnier de Montigny – Compagnon de François Villon (pendu en 1457) Roi de la Coquille ?
Tartas ou Nicolas le Bègue ou Le Roy
Jehan d’Ecosse
Tassin le Verdois – joueur de faux dez
Andrey le Provencal dit Le Borgne qui eut l’oreille coupée à Auxone
Huguenin, gascon d’Ostun
Petit Jehan maistre de l’epee, dit Le Petit
L’Espaingnot, esteveur
Pierret Cliquet, mercier
Le mugnier de Carpentras
Le Rousselot de Savoye
Oudet Durax dit Gascon de Bordeaux
Jehanin de Barly, barbier
Jehan vote, dit l’Auvergnac
Colin de Cayeux, dit Colin de l’Escaille (la Coquille) – compagnon de François Villon – Pendu en 1461 pour des crimes commis à Rueil.

Oudet Durax arrêté le 20 juillet 1457, condamné à être bouilli pour faux monnayage. Livré au bailli et pendu le 27 juillet


« Il y a en ceste ville de Dijon pluseurs compaignons incogneuz qui sont oyseulx, lesquels ne font que aller et venir parmi ceste dite ville par nuyt et par jouret ne savent les aucuns que de jouer aux des les autres a la paume et a plusieurs aultres jeulx et les autres que de reffianaige. Lesquels sont la plupart du temps en les maisons des fillettes communes es jours qui deussent ouvrer de leur mestier et fait a doubte qui n’en y ait de ceulx qui soient lairons, crocheteurs, … ». Jehan Rabustel, 21 juillet 1458.

« ..Aulcuns desdits coquillars sont crochereurs d’usseries arches et coffres ; les autres sont tresgeteurs et dérobent les gens en changeant or a monnoye ou monnoye a or, ou en achetant aulcunes marchandises ; les aultres font, portent et vendent faulx lingoz et faulses chainnes en façon d’or ; les aultres portent et vendent ou engaigent faulses piereries  en leiu de dyamanz rubiz et aultres pierres précieuses ; les aultres se couchent en quelque hostelerie acec aucun marchant et se desrobent eulx meismes et ledit marchant et ont homme propre auquel ilz baillent le larrecin et puis se complaignent avec le marchant desrobey ; les aultres jouent de faulz dez d’avantaige et chargiez et y gaignent tout l’argent de ceulx a qui ils jouent ; les aultres scavent subtilitez telles au jeu de quartes et de marelles que len ne pourroit guaigner contre eulx. Et qui pis est les pluseurs sont espieurs et aggresseurs de bois et de chemins, larrons et muldriers ; et est a presumer que ainsi soit la ou ilz mainnent telle vie dissolue ; et quand ilz ont tout despendu leur argent ilz s’en vont sans denier ne maille et laissent aulcunes fois de leurs habillemens en gaige et assez brief retournent monteiz habilliez et plains d’or et d’argent comme dit est … »    (Fol.I r° et v°)   
_________________
Si sibi pilosus est legitimus



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 29 Juin - 17:33 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Fra Gilles
Coquillards

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2013
Messages: 329
Localisation: Villemoisson sur Orge
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Point(s): 65
Moyenne de points: 0,20

MessagePosté le: Dim 29 Juin - 20:50 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

Jehanin de Barly, barbier
c'est bien ça
A+
FRA GILLES


Revenir en haut
Cassetrogne
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2013
Messages: 1 078
Localisation: Villebon (91)
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 025
Moyenne de points: 0,95

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 18:50 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

LE PROCES DES "COQUILLARDS" DE DIJON

(Automne 1455)
En 1455, une bande de malfaiteurs sévissant dans la région de Dijon est démantelée grâce à la sagacité du procureur de la ville. A l'automne, le procès des "Coquillards" va dévoiler les nombreux méfaits d'une organisation qui s'étend bien au-delà de la Bourgogne.
En 1455, les échevins de Dijon en ont plus qu'assez. Depuis plusieurs années, une bande de malfaiteurs sévit dans la région. La ville, les villages des alentours, les routes, les foires sont le théâtre de méfaits de plus en plus nombreux. La guerre de Cent Ans enfin terminée, l'heure est à la pacification et à l'élimination des bandes réunissant surtout des soldats démobilisés et des paysans ruinés, tels les Ecorcheurs et les Caïmans, qui écument les rues de Paris. Les "Coquillards" sont une de ces "sociétés" de malfrats. Placés sous l'invocation de Saint Jacques, ils doivent leur nom à la coquille que portent les pélerins de Compostelle, les faux pélerins se mêlant aux vrais pélerins pour les détrousser la nuit venue. Rassemblés en une association d'environ cinq cents "compagnons" répartis dans tout le royaume, ils sont extrêmement bien organisés : plutôt que d'agir isolément, ils échangent ou se vendent des informations sur les mauvais coups envisageables et se regroupent en fonction de leurs "spécialités". Ils appartiennent à toutes les "professions" du crime : ils sont informateurs, forceurs de serrures, coupeurs de bourses, tricheurs au jeu, receleurs, escrocs, hommes de main, filles de joie, rabatteuses. Leur chef est le "roi de la Coquille". Las de leurs méfaits, les Dijonnais pressent le procureur de la ville, Jehan Rabustel, d'y mettre fin.
L'enquête du procureur est efficace. Début octobre, deux barbiers soupçonnés d'être en cheville avec les malfrats, Perrenet le Fournier et Jehanin de Barly, sont interpellés afin d'être auditionnés. La nuit suivante, un coup de filet a lieu à la maison commune tenue par Jaquot de la Mer. Cet établissement héberge les Coquillards et leur sert de lieu de réunion. Une douzaine de personnes, cachées dans des coffres, sont arrêtées. Lors des débuts de l'instruction, les inculpés gardent obstinément le silence. Rabustel propose alors au plus jeune prisonnier, Dimanche le Loup, de dénoncer ses complices en échange de sa libération. Ce dernier accepte le marché, de même que le barbier Perrenet. Leurs aveux permettent d'arrêter soixante trois affidés à la Coquille.
Si beaucoup des Coquillards sont étrangers à la Bourgogne, certains de leurs complices sont des Dijonnais ne payant pas de mine, comme Jaquot de la Mer, sergent de la municipalité. Le roi de la Coquille est un certain Regnault Dambourg, tailleur de pierre au service du duc de Bourgogne. Le barbier Jehanin de Barly révèle que Dambourg est un récidiviste, qui a été arrêté plusieurs mois auparavant à Toul, en Lorraine. Ainsi démantelée et désorganisée, la bande ne survivra que peu de temps. Devant le manque de preuves, la justice sera relativement clémente : trois bandits seront pendus, dont Jaquot de la Mer et Dimanche le Loup (malgré les promesses qui leur ont été faites par Rabastel), deux autres seront bouillis pour faux-monnayage; et plusieurs bannis de la ville ou de la région.
Le procès des Coquillards de Dijon (les auditions, les interrogatoires, les témoignanges) est fidèlement retranscrit par Jehan Rabustel. Le procureur s'intéresse en premier lieu à l'organisation et au fonctionnement de la bande, mais pour cela il doit élucider le mystère du "langage exquiz", ce jargon ou "jobelin" dont usent les compagnons de la Coquille pour communiquer entre eux. Les quelque cent mots figurant dans le rapport du magistrat désignent essentiellement les spécialités ou les délits. Il y est question des "crocheteurs", qui forcent les serrures, des "vendangeurs", qui coupent les bourses, des "esteveurs", les escrocs, des "baladeurs" ou "planteurs", les marchands de faux bijoux, des "bazisseurs", les assassins.
La compagnie est très hiérarchisée. Commandée par un "roi", elle réunit des "longs", les plus savants et les plus compétents, des "maîtres" et des "gascâtres", les apprentis. Lorsqu'ils pensent qu'ils sont espionnés dans une taverne, "ils crachent à la manière d'une homme enrhumé qui ne peut avoir sa salive" et changent de conversation. Dans leur jargon, les jambes sont les "quilles", les oreilles les "anses", leur victime le "dupe", les sergents les "gaffres", les prêtres les "rats". Le document du procureur Rabustel sera retrouvé par hasard au milieu du XIXème siècle dans un parfait état de conservation, par un archiviste de Dijon qui en publiera quelques extraits sous le titre Les Compagnons de la Coquille, Chronique dijonnaise du XVème siècle. Cette découverte sera primordiale pour les historiens de la langue française, en particulier pour les spécialistes de l'argot; et permettra d'envisager l'oeuvre du poète François Villon sous un éclairage totalement nouveau.




source : http://chrisagde.free.fr/valdirects/coquillardsdijon.htm
_________________
Si sibi pilosus est legitimus



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cassetrogne
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2013
Messages: 1 078
Localisation: Villebon (91)
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 025
Moyenne de points: 0,95

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 18:53 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

Voir le bouquin de Marcel Schwob : "Etudes sur l'argot français"

(en ligne sous Google )
_________________
Si sibi pilosus est legitimus



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Cassetrogne
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 23 Oct 2013
Messages: 1 078
Localisation: Villebon (91)
Masculin Cancer (21juin-23juil)
Point(s): 1 025
Moyenne de points: 0,95

MessagePosté le: Ven 4 Juil - 18:56 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

Une contribution à la mythologie des monarchies du crime : le procès des Coquillards à Dijon en 1455

http://www.cairn.info/zen.php?ID_ARTICLE=RDN_371_0495
_________________
Si sibi pilosus est legitimus



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Fra Gilles
Coquillards

Hors ligne

Inscrit le: 24 Oct 2013
Messages: 329
Localisation: Villemoisson sur Orge
Masculin Bélier (21mar-19avr) 龍 Dragon
Point(s): 65
Moyenne de points: 0,20

MessagePosté le: Mar 8 Juil - 19:54 (2014)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

merci
A+
fra gilles


Revenir en haut
Lorien


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 222
Masculin
Point(s): 214
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: Lun 22 Juin - 10:32 (2015)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455 Répondre en citant

Toureille Valérie, « Une contribution à la mythologie des monarchies du crime : le procès des Coquillards à Dijon en 1455 », Revue du Nord 3/2007 (n° 371) , p. 495-506
URL : www.cairn.info/revue-du-nord-2007-3-page-495.htm.
DOI : 10.3917/rdn.371.0495.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:11 (2017)    Sujet du message: Procés des Coquillards - Dijon 1455

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Coquillards de Villon Index du Forum -> Sources et documentations -> Sources diverses Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com