Coquillards de Villon Index du Forum

Coquillards de Villon
Forum de discussion des Coquillards de Villon et des passionnés de reconstitution médiévale

 FAQFAQ PortailSite internet   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Poetes de la ripaille

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Coquillards de Villon Index du Forum -> Sources et documentations -> Cuisine et alimentation
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lorien


Hors ligne

Inscrit le: 25 Oct 2013
Messages: 222
Masculin
Point(s): 214
Moyenne de points: 0,96

MessagePosté le: Lun 17 Fév - 17:20 (2014)    Sujet du message: Poetes de la ripaille Répondre en citant

Extraits de "Poètes de la ripaille - Anthologie poésies de table"
oeuvre collective trouvable sur Amazon et autres

Très curieux livre au format de 11,5 x 17,5 cm, de 150 pages, intitulé " les poètes de la ripaille ", anthologie de la poésie de table du XV° siècle à nos jours, morceaux choisis avec préface et notes par Léon Larmand, illustré de 8 gravures, non daté mais identifié au CCFr comme ayant été édité en 1910 par Louis Michaud à Paris, présentant un choix de poésies ayant célébré l'art de la table, dont les auteurs et les oeuvres sont :

- François Villon : ballade et oraison, la Repue franche, la manière d'avoir des trippes ,
- Olivier Basselin : insipidité de l'eau, la sécheresse, j'aime la campagne,
- Jean Le Houx : déclaration de guerre à la soif,
- Mellin de Saint Gelais : folie aux hôteliers,
- Clément Marot : remède contre la peste, épigramme, dixain, la litanie des bons compagnons, les regrets et complaintes des gosiers altérés,
- Anonyme (XVI° siècle) : les contenances de la table,
- Ronsard : odelette, la fleur de vigne, ode sur le retour de Maclou, chant de folie à Bacchus, odelette, pour boire par dessus l'herbe tendre, odelette ou folie, sonnet,
- Joachim Du Bellay : d'un vigneron à Bacchus,,
- Colin Bucher : d'un ivrogne,
- Mathurin Régnier : un repas ridicule,
- Jean Auvray : la chute,
- Saint Amand : la débauche, la naissance de Pantagruel, la crevaille, les cabarets, imprécation, le melon, les goinfres, le fromage, la chambre du débauché,
- Philipot dit le Savoyard : air bachique,
- Guillaume Colleter : sonnet, la pomme de pin, sarabande,
- Dassoucy : l'épaule de mouton et le gigot,
- Pierre Perrin : chanson à boire,
- Pierre Corneille : mascarade des enfqants gâtés, les cris de Paris,
- le sieur de Dalibray : sonnets, santé, l'auberge,
- baron de Blot : contre Voiture,
- Bussières : le miel,
- Scarron : chanson à manger,
- La Fontaine : le glouton, l'ivrogne et sa femme,,
- Mercure de France : le gigot,
- Du Vieuget : ode de la goinfrerie, le nouveau entretien des bonnes compagnies,
- Boileau : sur un repas ridicule, chanson à boirestances,
- Anonyme (XVII° siècle) : les merveilles du salmigondis et de l'aloyau, les confitures renversées,
- Parnasse des muses : air à boire,
- marquis de Vauvert : l'huître, l'orange,
- Sénécé : quand mon assiette, Bacchus et l'amour,
- Regnard : pour passer doucement la vie,
- J B Rousseau : épigramme sur un ivrogne,
- Chaulieu : vers faits à un souper,
- De La Fare : ode,
- Fuselier : Grégoire,
- Panard : la bouteille, les cafés, vaudeville,
- Piron : sur Grégoire, air à boire, notre vénérable abbé,
- la Condamine : l'ivrogne philosophe, le souper du prédicateur, je vais croquer le tableau,
- Laujon : duo de la table, hymne bachique,
- A de Piis : chanson de table, la pomme et la pomme de terre, la pêche,
- André Chénier : Bacchus, les Bacchantes,
- Léfer : éloge du café,
- Berchoux : le dessert, ma profession de foi en cuisine,
- Désaugiers : la treille de sincérité,
- Armand Gouffé : Bibi ou ma carrière bachique, le tête à tête,
- Béranger : voyage au pays de Cocagne, le tournebroche, trinquons, la grande orgie,
- Alfred de Musset : à Ubric Guttinguer,
- Gabriel Vicaire : victime du réveillon, au cabaret,
- Emile Verhaeren : truandailles, les vieux maîtres.

Épitaphe d'un ivrogne
Ci-dessous gît, or écoutez merveilles,
Le grand meurtrier et tirant de bouteilles,
L'anti-Bacchus, le cruel vinicide
Qui ne souffrit verre onques plein ni vide ;
Je tais son nom, car il put trop au vin.
Mais il avait en ce l'esprit divin
Qu'en le voyant il altérait les hommes,
Et haïssait lait, cerises et pommes,
Figues, raisins, et tout autre fruitage,
Sinon les noix, châtaignes et fromages ;
Il y dolait tant fort le gobelet
Qu'il ne mangeait viande que au salé,
Et ne priait Dieu, les saints ni les anges,
Fors pour avoir glorieuses vendanges.
Par ce moyen, humains, vous pouvez croire
Qu'il n'était né pour vivre, mais pour boire.
Ainsi ne vient à regretter sa vie
Puisqu'elle était au seul vin asservie,
Mais vous ferez à Bacchus oraisons
Qu'il le colloque en ces saintes maisons,
Tout au plus bas de la cave au cellier,
Car oncq ne fut de meilleur bouteillier.
Germain-Colin Bucher (1475-1545)


INSIPIDITE DE L'EAU de Olivier BASSELIN ( Les vaudevires )
 
Ayant le dos au feu et le ventre à la table,
Etant parmi les pots pleins de vin délectable,
Ainsi comme un poulet
Je ne me laisserai mourir de la pépie,
Quand en devrais avoir la face cramoisie
Et le nez violet.
Quand mon nez deviendra la couleur rouge ou perse,
Porterai les couleurs que chérit ma mîitresse :
Le vin rend le teint beau !
Vaut-il pas mieux avoir la couleur rouge et vive,
Riche de beaux rubis, que si pâle et chétive,
Ainsi qu'un buveur d'eau ?
On m'a défendu l'eau, du moins en beuverie,
De peur que je ne tombe en une hydropisie ;
Je me perds, si j'en bois.
En l'eau n'y a saveur ; prendrai je pour breuvage
Ce qui n'a point de goût ? mon voisin, qui est sage,
Ne le fait que je crois.
Qui aime bien le vin est de bonne nature.
Les morts ne boivent plus dedans la sépulture.
Hé ! qui sait s'il vivra
Peut-être encor demain ? chassons mélancolie.
Je vas boire d'autant à cette compagnie :
Sauve, qui m'aimera !

BALLADE DE LA GROSSE MARGOT - de François VILLON 1431-1463
Se j'aime et sers la belle de bon hait.
M'en devez-vous tenir ne vil ne sot?
Elle a en soi des biens à fin souhait.
Pour son amour ceins bouclier et passot;
Quand viennent gens, je cours et happe un pot,
Au vin m'en vois, sans démener grand bruit;
Je leur tends eau, fromage, pain et fruit.
S'ils payent bien, je leur dis que " bien stat;
Retournez ci, quand vous serez en ruit,
En ce bordeau où tenons notre état."
Mais adoncques il y a grand déhait
Quand sans argent s'en vient coucher Margot;
Voir ne la puis, mon coeur à mort la hait.
Sa robe prends, demi-ceint et surcot,
Si lui jure qu'il tendra pour l'écot.
Par les côtés se prend cet Antéchrist,
Crie et jure par la mort Jésus-Christ
Que non fera. Lors empoigne un éclat;
Dessus son nez lui en fais un écrit,
En ce bordeau où tenons notre état.
Puis paix se fait et me fait un gros pet,
Plus enflé qu'un velimeux escarbot.
Riant, m'assied son poing sur mon sommet,
"Go! go!" me dit, et me fiert le jambot.
Tous deux ivres, dormons comme un sabot.
Et au réveil, quand le ventre lui bruit,
Monte sur moi que ne gâte son fruit.
Sous elle geins, plus qu'un ais me fais plat,
De paillarder tout elle me détruit,
En ce bordeau où tenons notre état.
Vente, grêle, gèle, j'ai mon pain cuit.
Ie suis paillard, la paillarde me suit.
Lequel vaut mieux? Chacun bien s'entresuit.
L'un l'autre vaut; c'est à mau rat mau chat.
Ordure aimons, ordure nous assuit;
Nous défuyons honneur, il nous défuit,
En ce bordeau où tenons notre état.

BALLADE DES MENUS PROPOS - de François VILLON 143 -1463
Je connois bien mouches en lait,
Je connois à la robe l'homme,
Je connois le beau temps du laid,
Je connois au pommier la pomme,
Je connois l'arbre à voir la gomme,
Je connois quand tout est de mêmes,
Je connois qui besogne ou chomme,
Je connois tout, fors que moi-mêmes.
Je connois pourpoint au collet,
Je connois le moine à la gonne,
Je connois le maître au valet,
Je connois au voile la nonne,
Je connois quand pipeur jargonne,
Je connois fous nourris de crèmes,
Je connois le vin à la tonne,
Je connois tout, fors que moi-mêmes.
Je connois cheval et mulet,
Je connois leur charge et leur somme,
Je connois Biatris et Belet,
Je connois jet qui nombre et somme,
Je connois vision et somme,
Je connois la faute des Boemes,
Je connois le pouvoir de Rome,
Je connois tout, fors que moi-mêmes.
Prince, je connois tout en somme,
Je connois coulourés et blêmes,
Je connois mort qui tout consomme,
Je connois tout, fors que moi-mêmes.

BRUSSELLE ADIEU - de Eustache Morel, dit Eustache DESCHAMPS
Adieu beauté, leesse et tous deliz,
Chanter, dancer et tous esbatemens;
Cent mille foys a vous me recommans.
Brusselle adieu, ou les bains sont jolys,
Les estuves, les filletes plaisans;
Adieu beauté, leesse et tous deliz,
Chanter, dancer et tous esbatemens.
Belles chambres, vin de Rhin et molz liz,
Connins, plouviers et capons et fesans,
Compaignie douce et courtoises gens;
Adieu beauté, leesse et tous deliz.


EXTRAIT DE REGIMEN SANITATIS - Arnaud de Villeneuve, 1329
Buvez en peu, mais qu'il soit bon.
Le bon vin sert de médecin.
Le mauvais vin est un poison !

L'EAU - Olivier BASSELIN et Jean LEHOUX
Qu'on en arrose le jardin !
Mais d'en aller gaster le vin
Seroit-ce pas grande offense ?
Quand je boy le vin tout pur.
C'est tout un, je n'ai pas peur
Que pour ce ma femme tance.
C'est pour moy vray rossignolet
Qu'un crieur de bon vin clairet ;
L'eau ne fait que mal au ventre
Quel bien fait-elle au gosier
Qui n'en fait pas aux souliers
Et bottes, quand elle y rentre

LE SERMON DE SAINT-RAISIN - Eustache DESCHAMPS ( XIV ° siècle )
Prenons exemple Jésus-Christ
Du premier miracle qu'il fit :
Ce fut qu'il mua l'eau en vin
Aux noces de l'Architriclin.
Si l'eau eut été aussi bonne,
Boire en eu fait toute personne ;
Mais ce vin valait mieux,
First d'eau vin le très doux Dieu

LE VIN - de Omar KHAYYAM
Renonce,
renonce à tout
dans ce monde :
fortune, pouvoir, honneurs.
Ecarte tes pas
de tout chemin
qui ne te conduira pas
à la taverne.
Ne demande rien,
rien ne désire -
hormis du vin, des chansons,
de la musique, de l'amour !
Noble et beau jeune homme,
saisis l'outre,
empoigne la coupe.
Bois !
Mais, prends garde !
Ne sois pas frivole,
tâche de ne point parler
à tort et à travers...
Bois du vin doré !
il est pour l'esprit le seul repos,
baume incomparable
pour le coeur blessé.
Si tu te vois partout traqué
par la meute des chagrins,
Si tu te sens près d'être englouti
par le déluge des tristesses,
accroche-toi sans peur
au délicieux vin doré.
C'est la seule manière
de te sauver.

LES PROPOS DE TABLE CHEZ LE VOISIN - de Olivier BASSELIN ( Les vaudevires )
Lorsqu'on perce chez mon voisin
Un tonneau, de bon sidre plein
Ou de bon vin,
Me semble qu'on me fiance :
j'ay bonne espérance
D'en boire une souspirance
Soir ou matin.
Il se plaist d'ouir un cas nouveau,
Quelque romant ou conte beau
De mon cerveau
J'en forge et lui en vais faire,
Pour avoir manière
De faire tirer à boire
De son tonneau.
Mon voisin je tiendrois un an
Sur le vin, lorsque du grand Cham
Ou du Soudan
Je lui conte quelque fable,
Qu'il croît véritable,
Ou que je parle à sa table
Du Prestre Jean.
Luy et moy, si c'est en hyver,
Nous nous mettons près le fouyer
A deviser
Du temps de son feu grand-père,
Sans cesser de boire,
Comme j'en vais la manière
Vous demonstrer.
C'est ainsi comme nous faisons,
Luy et moi, quand nous devisons
Près des tisons ;
Detestant melancholie
Et chicanerie,
Qui puisse être forbannie
De nos maisons.

ODE A SON NEZ
- Olivier BASSELIN ( XV° )
Beau nez, dont les rubis ont cousté mainte pipe
De vin blanc et claret
Et duquel la couleur richement participe
Du rouge et du violet;
Gros nez, qui te regarde à travers un grand verre
Te juge encore plus beau :
Tu ne ressembles point au nez de quelque hère
Qui ne boit que de l'eau



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Fév - 17:20 (2014)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Coquillards de Villon Index du Forum -> Sources et documentations -> Cuisine et alimentation Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com